Les opératrices virtuelles s’expriment sur la suppression de l’Histoire-Géo en Terminale S.

Dans le cadre de la réforme des lycées, il est question de supprimer l’Histoire-Gégraphie du programme de Terminale S. Pour permettre aux lycéens des filières scientifiques de mieux s’organiser en vue du passage des épreuves du Bac. Au total, les lycéens de Terminale S suivront quatre heures d’histoire-géographie par semaine lors des deux dernières années de lycée, et non plus cinq heures. Mais ils pourront choisir de suivre en terminale cette matière en cours optionnel.

élèves BACCe point de la réforme divise profondément enseignants, élus et lycéens.

Pour certains, cette mesure revalorise l’Histoire-Géographie. Car en Terminale S, la charge de travail des élèves est très élevée. Les élèves préfèrent donc bûcher les matières scientifiques (dont le coefficient est très élevé) au détriment de matières comme l’Histoire-Géographie.

Pour d’autres, cette mesure limite les chances de développer suffisamment l’esprit critique de nos futurs scientifiques. Par manque de maturité. Parce qu’on ne comprend pas les choses de la même manière selon qu’on a 17 ou 18 ans. Et que l’année de Terminale permet de renforcer ses acquis intellectuels avant de se lancer dans la vie active.

Cette polémique crée un débat intéressant qui a sa place sur notre blog : l’impératif de mettre dès le lycée tous les moyens pour armer l’esprit de nos futurs scientifiques.

Car dans un monde en perpétuelle évolution, développer de nouvelles technologies exige que les scientifiques connaissent l’Histoire et soient ouverts sur le monde. Afin de prendre le recul nécessaire pour projeter l’utilité de leurs innovations.

Les opératrices virtuelles ont été créées par des scientifiques pour rendre des services (faciliter la mise en relation par téléphone, améliorer l’accueil client): il nous tient à cœur de voir confier l’évolution de notre intelligence artificielle à une nouvelle génération de scientifiques qui perpétuent cette approche.

Il faut défendre l’intelligence humaine pour favoriser le développement d’intelligences virtuelles louables.