Comment l’automatisation d’une campagne d’appels peut aider à gérer une situation sanitaire exceptionnelle.

Dans le cadre d’un plan blanc, les établissements hospitaliers doivent s’organiser pour anticiper l’arrivée massive de victimes ou de malades. Aujourd’hui, dans l’inquiétude d’une pandémie de la grippe A, de nombreux hôpitaux en France se préparent à cette éventualité. Au-delà de la libération d’un certain nombre de lits d’hospitalisation, le plan blanc nécessite également :

  • une mobilisation, un maintien ou un rappel de personnel,
  • une organisation de la logistique (signalétique, transport, téléphonie, informatique, approvisionnement… ),
  • une communication externe (aux administrations notamment pour qu’elles relaient au grand public l’information sur le comportement sanitaire à avoir).

Plan blanc Tous ces points -qui concernent le système d’information hospitalier- nécessitent des passerelles d’échanges entre données informatiques et téléphoniques. Et pour enrayer les erreurs humaines de saisies multiples par exemple, l’utilisation de solutions vocales, compatibles avec tous ces protocoles de communications hospitaliers se justifie : c’est sur ce créneau que TLM Com positionne ses opératrices virtuelles « Wel’Quest ».

Opérationnelles et réactives, elles offrent un confort mécanique pour réserver l’intelligence humaine à des tâches moins fastidieuses.